charles on kweeper http://www.kweeper.com/charles sans la faculté de mémoire, l'homme perd ses capacités cognitives et conceptuelles car il vit uniquement dans l'instant... Fri, 17 Sep 2021 00:12:47 +0100 http://www.kweeper.com/avatars/c50x50/2-charles.jpg Kweeper http://www.kweeper.com/charles Le fagot de ma mémoire - Souleymane Bachir Diagne (éditions Philippe Rey, 2021) http://www.kweeper.com/charles/image/6551376 Considéré comme l'un des penseurs importants de notre époque, Souleymane Bachir Diagne retrace dans cet ouvrage son parcours de jeune Sénégalais élevé dans la tradition d'un islam soufi et lettré, devenu philosophe et aujourd'hui professeur à l'université de Columbia. Une vie entre Saint-Louis-du-Sénégal, Ziguinchor, Dakar, Paris, Chicago, New York, lieux qui ont formé cet homme de trois continents, le rendant sensible aux richesses de chacune des cultures propres aux pays qui l'ont accueilli. Souleymane Bachir Diagne – maintenant spécialiste de domaines aussi différents que la philosophie dans le monde islamique, l'histoire de la logique algébrique ou encore les philosophies africaines – présente les êtres qui ont été décisifs dans la construction de sa trajectoire intellectuelle. Il revient sur ses rencontres avec Louis Althusser et Jacques Derrida, ses maîtres rue d'Ulm, Jean-Toussaint Desanti, Léopold Sédar Senghor, Paulin Hountondji, Ngugi wa Thiong'o et d'autres qui l'ont fortementinfluencé. Le " fagot de mémoire " de cet homme qui vit entre différentes langues et cultures, chantre d'un universel de traduction, partisan d'un islam des Lumières, nous propose ici une stimulante réflexion sur notre monde qui offre tant de passerelles. http://www.kweeper.com/charles/image/6551376 Fri, 17 Sep 2021 00:12:47 +0100 charles philosophie autobiographie souleymane bachir diagne Lyon, 1911, char de la colonisation lors de la cavalcade de la mi-Carême. http://www.kweeper.com/charles/image/6551245 Source : Archives municipales de Lyon Autrefois à Lyon, avant la 1ere guerre mondiale, il y avait des défilés à la mi-Carème nommés "Cavalcades". Les écoles, les corporations édifiaient des chars et faisaient le spectable dans une grande rue. Ces cavalcades étaient l'occasion pour ces corporations de faire leur promotion. http://www.kweeper.com/charles/image/6551245 Tue, 14 Sep 2021 23:32:03 +0100 charles 1975-1985 : Le Pont-Neuf empaqueté par Christo et Jeanne-Claude (photo J.C Chuzeville) http://www.kweeper.com/charles/image/6551237 Un dimanche de Septembre 1985, sur les berges de seine, assis à l'arrière d'une limousine tel un pollueur heureux et insouciant, le citoyen Jean-claude Chuzeville se rendait à une représentation du spectacle "le défilé" par Jean-Paul Gaultier et Régine Chopinot, quand soudain il eut cette vision du plus vieux pont de Paris empaqueté par un couple nés le même jour à la même heure : - Jeanne-Claude Denat de Guillebon fille de général, née au Maroc et morte en 2009 - Christo Javacheff, né en Bulgarie, arrivé en France seul et apatride à 22 ans. Mort en 2020. Le duo #Christo n’en était pas à son premier coup d’essai d’œuvres destinées à frapper l'imagination et susciter le débat. En 1962, ils dressaient un rideau de fer composé de barils de pétrole, rue Visconti à Paris. STORY : https://kpr.me/10cHR3 http://www.kweeper.com/charles/image/6551237 Tue, 14 Sep 2021 15:49:13 +0100 charles christo art happenning 1962 : Le rideau de fer de la rue Visconti de Christo et Jeanne-Claude http://www.kweeper.com/charles/image/6551228 Dans la nuit du 27 juin 1962, #christo et Jeanne Claude bloquent la rue Visconti. Cette petite rue reliant les rues Bonaparte et de Seine, est bloquée, entre les numéros 1 et 2, par un mur, de la taille d’un étage, formé de barils. L’ouvrage est véritablement éphémère, ne durant que la journée, ce d’autant qu’ils n’ont sollicités aucune autorisation. Il se veut une protestation alors contre le mur de Berlin et le rideau de fer plus généralement. Cela avait, comme on peut l’imaginer un sens pour Christo, artiste né en Bulgarie en 1935. Christo avait alors indiqué que cette idée pouvait être reprise, pour former un barrage d’un quartier, ou d’une ville, à l’occasion de grands travaux publiques par exemple. Il reprit l’idée pour l’édification d’un mastaba flottant à Hyde Park, à Londres, en 2018. C’était alors plus de 7 500 barils qui avaient été empilés sur 20 mètres de haut. CONTEXTE POLITIQUE "Le rideau de fer" Il s’agit, bien sûr, de la métaphore utilisée par Churchill en 1949 pour décrire alors la situation dans laquelle est plongée l’Europe. Les deux blocs, des Etats-Unis d’un côté et l’URSS de l’autre, s’opposent. Les pays du bloc de l’Est se barricadent, limitant au maximum les passages avec l’autre côté. Le rideau de fer se ferme. Berlin est, elle aussi, coupée en deux, entre les parties liées aux deux blocs. Dans la nuit du 12 au 13 août 1961, les soviétiques érigent une première barrière, faite de barbelée. Puis, les militaires commencent à construire le mur à proprement parlé. Ainsi, l’Allemagne de l’Est voulait éviter toute fuite à l’est. Christo n’en était pas à coup d’essai sur ce thème. Avec Jeanne Claude, il avait réalisé une première construction en barils dans le port de Cologne en 1961. Le choix du matériau est aussi intéressant. Le baril d’essence, objet si courant, dans ces années 1960, dominées par la circulation en voiture. Depuis 1960, Christo travaillait dans un atelier prêté par Jan Ross, à Gentilly. Juste à côté d’un entrepôt de barils usagé, il disposait alors de la matière première en grande quantité, ainsi que l’espace pour réaliser ses œuvres. Les barils usagés étaient aussi des déchets volumineux, largement produits alors. En outre, avec leur format similaire, tout en ayant une diversité de taille, ils apportaient à l’artiste la matière à de nombreuses compositions artistiques. Dans certains cas, ils les empaquetaient également. http://www.kweeper.com/charles/image/6551228 Tue, 14 Sep 2021 12:47:45 +0100 charles christo 2016, Christo dressait dressé un mastaba monumental à la Fondation Maeght, à Saint-Paul-de-Vence http://www.kweeper.com/charles/image/6551225 En 2016, Christo dressait dressé un mastaba monumental à la Fondation Maeght, à Saint-Paul-de-Vence. Une nouvelle création composée de 500 barils de pétrole. Extrait de son Interview à Paris Match PARIS MATCH "Depuis l’empaquetage du pont Neuf en 1985, vous n’aviez rien réalisé en France. Pourquoi revenez-vous aujourd’hui avec ce projet ?" CHRISTO : "En 1967, pour une exposition d’art contemporain à la Fondation Maeght, j’avais projeté d’y empaqueter les arbres et aussi d’ériger un mastaba dans la grande cour extérieure. Finalement, je n’ai fait que les arbres. Et puis j’ai oublié cette histoire, jusqu’au jour où Isabelle Maeght m’a parlé des deux dessins du mastaba que la fondation avait conservés. Cela a donné l’idée à Olivier Kaeppelin, l’actuel directeur, de concrétiser ce projet." PARIS MATCH "L’exposition montre que le mastaba et les barils de pétrole sont des éléments récurrents dans votre œuvre. Pourquoi ?" CHRISTO : Le mastaba m’intéresse parce que c’est la plus vieille construction humaine, le premier monument funéraire égyptien. En ce qui concerne les barils, en 1961, en réaction à la construction du mur de Berlin, je m’en suis servi pour obstruer la rue Visconti, à Paris. A partir de là, j’ai réalisé des sculptures avec des boîtes de conserve, puis des pots de peinture et des petits barils empaquetés. Et, durant des années, j’ai dessiné et réalisé des photomontages de mastabas construits avec de gros barils colorés. En 1964, j’avais un projet de mastaba géant entre Houston et Galveston, au Texas. Mais nous n’avons pas eu la permission. Celui de Vence est le premier en extérieur. Il y a aussi le projet d’Abu Dhabi, dessiné il y a trente-sept ans, et dont j’attends l’autorisation finale. Le Mastaba de Saint-Paul de Vence apparaissait toutefois comme une étape sur la route d'un projet plus démesuré à 160 km d'Abou Dhabi. Initié entre 1979 et 1982, ce projet marque le début de la réflexion commune de Christo et son épouse Jeanne-Claude sur un mastaba permanent 400 fois plus gros que la version exposée à la Fondation Maeght: 150 mètres de haut, 300 mètres de large, 225 mètres de profondeur. "Quand le mastaba d'Abou Dhabi se fera, ce sera la plus grande sculpture au monde, plus haute que la pyramide de Khéops", décrivait Christo. http://www.kweeper.com/charles/image/6551225 Tue, 14 Sep 2021 12:09:48 +0100 charles christo mastaba petrole art Zemmour, La télé et la Haine Hydraulique : à qui tout cela profite ? http://www.kweeper.com/charles/image/6551219 Notre culture historique et philosophique (carl schmitt, Locke, Burke, Tocqueville, Constant, voir Sieyès...) devrait nous permettre de désigner aisément les véritables bénéficiaires de cette entreprise de haine hydraulique qui (entre autres objectifs), vise à ne surtout jamais parler de fond : - L'économie. - Le vivant. - Le Soin. - L'accès et la diffusion de la connaissance - L'en-commun et nos rapports aux lointains. Les élections se jouent depuis la 1ere république sur des sujets en rapport avec la peur. Et à qui profite la peur (depuis Hobbes) ? (voir https://kpr.me/10cCLo) Marion, sa Tante et son Papy ne sont que les courroies d'un système qui a depuis la 1ère république, consisté à maintenir la tenaille entre les blocs bourgeois et réactionnaire et se servant du bloc populaire. Mais ces dernières années, profondément trahi, le bloc populaire ne vote plus et commencent même à "manisfester" quelques signes inquiétants de lucidité et de colère (la fièvre des Samedis...) Zemmour est là pour empêcher le bloc Bourgeois d'être submergé par ce bloc populaire en détournant l'énergie de ce dernier sur des sujets pulsionnels et viscéraux. Drumont joua ce rôle sous la 3ième république. La presse se trouvait alors dans un état assez similaire à celle d'Aujoud'hui. (cf Gérard Noiriel https://kpr.me/10cgyj) Avec des cibles différentes et les funestes conséquences que nous connaissons. http://www.kweeper.com/charles/image/6551219 Tue, 14 Sep 2021 10:43:27 +0100 charles zemmour le pen extrême droite politique presidentielle 2022 Jaco Pastorius : "The Lost Tapes Documentary" http://www.kweeper.com/charles/video/6551175 http://www.kweeper.com/charles/video/6551175 Tue, 14 Sep 2021 00:03:08 +0100 charles jazz jaco pastorius Paris, place de l’Hôtel de ville, un camion de la propagande allemande diffuse le discours du mar http://www.kweeper.com/charles/image/6551171 À Paris, sur la place de l’Hôtel de ville, un camion de la propagande allemande diffuse le discours du maréchal Pétain annonçant l’Armistice, en juin 1940. #histoire #petain http://www.kweeper.com/charles/image/6551171 Mon, 13 Sep 2021 17:04:19 +0100 charles petain histoire 26 avril 1944 Le maréchal Pétain répond aux acclamations de la foule http://www.kweeper.com/charles/image/6551156 26 avril 1944 Le maréchal Pétain répond aux acclamations de la foule. En 44, après les déportations, le STO, le vel d'hiv, les exactions de la Gestapo, c'est une place noire de monde à Paris qui acclame Petain🤔 #collaboration #de-gaulle http://www.kweeper.com/charles/image/6551156 Mon, 13 Sep 2021 11:25:45 +0100 charles de-gaulle collaboration Porter la lavallière comme Cédric Villani. http://www.kweeper.com/charles/video/6550935 http://www.kweeper.com/charles/video/6550935 Thu, 09 Sep 2021 15:15:29 +0100 charles fashion chemise lavallière mode Un revenant - Film Complet http://www.kweeper.com/charles/video/6550840 A propos des Gillet, Henri Béraud, écrivain lyonnais, écrivit un roman "ciel de suie" inspiré d'un fait divers les impliquant. L'affaire était connue à Lyon, mais par oui-dire et ragots, car elle fut étouffée. Une des versions : la fille aurait eu une liaison avec un jeune homme pauvre, auquel il fut donné un faux rendez-vous nocturne. Le jardinier aurait été chargé de l'assommer/le tuer (soit parce qu'il s'agissait d'une mésalliance, soit parce que la mère de la jeune fille aurait eu elle aussi des faiblesses pour le jeune homme!). Ce même jardinier aurait été, selon les uns envoyé dans l'armée, selon les autres enfermé dans un hopital psychiatrique, afin que rien ne s'ébruite. Le drame aurait eu lieu sur les hauteurs de Vaise, « La Volontaire », qui appartenait à Charles Gillet et qui a été détruite dans les années 1960 pour l’aménagement du quartier de la Duchère… https://www.cairn.info/les-gillet-de-lyon--9782600018944-page-359.htm Au lendemain de la guerre, sortit un film "un revenant" avec Louis Jouvet et Gaby Morlay, charge féroce contre la bourgeoisie de province et ses hypocrisies, inspiré de l'affaire et du roman. http://www.kweeper.com/charles/video/6550840 Wed, 08 Sep 2021 01:35:27 +0100 charles cinema lyon gillet THORSTEIN VEBLEN : "Théorie de la classe de loisir" Précédé de Avez-vous lu Veblen ? par Raymond http://www.kweeper.com/charles/image/6550839 « Connaissez-vous Veblen ? » sont les premiers mots de Raymond Aron dans sa préface de la Théorie de la classe de loisir, de Thorstein Veblen. Théorie de la classe de loisir, en anglais "The Theory of the Leisure Class", est un essai du sociologue et économiste américain Thorstein Veblen paru en 1899. Il y expose notamment le concept de consommation ostentatoire. Dans cette œuvre majeure, Thorstein Veblen (1857–1929) analyse le capitalisme non pas par le prisme de la production, comme a pu le faire Marx, mais par celui de la consommation. Si son œuvre reste encore très peu lue aujourd’hui, les textes de Veblen permettent d’appréhender les dérives de notre système financier, notamment la destruction systématique de notre environnement. Raymond Aron écrivait ceci en introduction de la version Française de cet essai : "L'oeuvre de Thorstein Veblen apprend à discerner, au-delà de l'accoutumance à la vie quotidienne, la comédie humaine, la rivalité puérile des adultes en quête d'argent, de gloire et de prestige, jamais capables d'atteindre un but qui fuit à mesure qu'ils en approchent puisque ce but se définit non pas en soi mais par rapport aux conquêtes des autres." Veblen analyse et détaille les mœurs et habitudes de la classe dominante, qu’il nomme « classe de loisir ». Les membres de cette classe sont aisés et à l’abri des besoins matériels primaires. Ils sont pourtant mus par une constante recherche d’honneurs à travers des actes socialement valorisés afin de se distinguer des autres classes. Pour l’auteur, « ce concept de dignité, de valeur, d’honneur, appliqué aux personnes ou à la conduite est d’une grande conséquence pour l’évolution des classes et des distinctions de classes ». La classe de loisir cherche constamment à montrer qu’elle peut utiliser son temps pour réaliser un travail non-productif et non vital par le prisme des loisirs. Le terme loisir est ici à comprendre comme « l’ensemble des pratiques différenciées de mise en valeur des richesses accumulées qui s’incarnent dans des modèles culturels de dépenses ». La classe de loisir va également chercher à exhiber sa capacité à dépenser son argent sans compter, par de la consommation ostentatoire. L’émergence de cette classe est selon Veblen à mettre en parallèle avec celle de la propriété individuelle, qui permet la distinction entre plusieurs groupes sociaux. Le théoricien évoque les mariages forcés et va même jusqu’à désigner les femmes comme le premier bien approprié par les hommes. Avec l’avènement de la société industrielle, la propriété privée devient un critère de distinction majeur qu’il convient d’accumuler indéfiniment. La recherche d’honneurs et de distinctions est la réelle motivation derrière cette épargne grotesque, et la classe de loisir cherche à tout prix à empêcher une quelconque entrave à cette rétention monétaire. Analyser le capitalisme moderne au prisme de la théorie de Veblen permet ainsi de pointer du doigt les nombreuses contradictions inhérentes à notre système économique. EXTRAITS : « L’émergence d’une classe oisive coïncide avec les débuts de la propriété […] Avec le temps, l’activité industrielle évincera peu à peu l’activité prédatrice. Les occasions de montrer physiquement sa vaillance se feront plus rares, ce qui augmentera l’importance de la preuve indirecte de cette vaillance : la propriété. […] La possession des biens n’avait été prisée qu’en témoignage de la vaillance ; désormais elle est en soi un acte méritoire. La richesse est intrinsèquement honorable, et confère l’honneur à son propriétaire. Par un surcroit de raffinement, il y aura désormais plus d’honneurs et de raffinement à posséder une richesse transmise par des ancêtres, qu’à en acquérir par ses propres efforts. » « On s’honorait en s’abstenant de tout travail ; aujourd’hui la décence l’exige. […] Chez les personnes raffinées, […] le travail manuel est noté d’infamie, et ce sentiment peut prendre tant de force qu’en des circonstances critiques, il reniera même l’instinct de conservation. C’est ainsi que certains chefs polynésiens, contraints par l’étiquette, choisirent de mourir de faim, plutôt que de porter, de leurs propres mains, leurs aliments à la bouche. » « Cet aperçu de l’origine du loisir et de la consommation ostentatoire fait apparaître un élément qui leur est commun et fonde pareillement leur utilité : le gaspillage. Dans un cas, il gaspille du temps, et de l’effort ; dans l’autre, des biens. Ce sont deux méthodes pour démontrer la possession de la richesse, et l’ont admet couramment qu’elles sont équivalentes. […] Le gaspillage ostentatoire est un principe directeur. » http://www.kweeper.com/charles/image/6550839 Wed, 08 Sep 2021 01:16:35 +0100 charles essai economie litterature thorstein veblen Tous ceux qui tombent - Visages du massacre de la Saint-Barthélemy / livre de Jérémie FOA http://www.kweeper.com/charles/image/6550591 Fin août 1572. À Paris, des notaires dressent des inventaires après décès, enregistrent des actes, règlent des héritages. Avec minutie, ils transcrivent l’ordinaire des vies au milieu d’une colossale hécatombe. Mais ils livrent aussi des noms, des adresses, des liens. Puisant dans ces archives notariales, Jérémie Foa tisse une micro-histoire de la Saint-Barthélemy soucieuse de nommer les anonymes, les obscurs jetés au fleuve ou mêlés à la fosse, à jamais engloutis. Pour élucider des crimes dont on ignorait jusqu’à l’existence, il abandonne les palais pour les pavés, exhumant les indices d’un massacre de proximité, commis par des voisins sur leurs voisins. Car à descendre dans la rue, on croise ceux qui ont du sang sur les mains, on observe le savoir-faire de la poignée d’hommes responsables de la plupart des meurtres. Sans avoir été prémédité, le massacre était préparé de longue date – les assassins n’ont pas surgi tout armés dans la folie d’un soir d’été. Au fil de vingt-cinq enquêtes haletantes, l’historien retrouve les victimes et les tueurs, simples passants ou ardents massacreurs, dans leur humaine trivialité : épingliers, menuisiers, rôtisseurs de la Vallée de Misère, tanneurs d’Aubusson et taverniers de Maubert, vies minuscules emportées par l’événement. #histoire http://www.kweeper.com/charles/image/6550591 Thu, 02 Sep 2021 18:06:23 +0100 charles histoire Madame de Maintenon : l’épouse secrète de louis xiv http://www.kweeper.com/charles/image/6550441 Françoise d’Aubigné, marquise de Maintenon, arrive à la Cour de Versailles dans les années 1670. Née en 1635 à la prison de Niort où son père est emprisonné pour dettes, orpheline en 1647, elle épouse en 1652 en premières noces l’auteur Paul Scarron, connu pour sa maîtrise du genre burlesque. Mort en 1660, le poète ne lui lègue que des dettes et le nom de « veuve Scarron ». Sur les conseils de la marquise de Montespan, maîtresse de Louis XIV qu’elle a rencontrée quelques années auparavant, elle devient en 1669 la gouvernante de leurs enfants. Excellente occasion de rencontrer le Roi en personne lorsque ce dernier rend visite à sa progéniture. Mais l’histoire dit qu’il l’aurait trouvée « insupportable ». Pourtant, la donne change. En 1675, toujours sur les conseils de la marquise de Montespan, Louis XIV lui octroie deux gratifications qui lui permettent d’acheter la terre de Maintenon et d’en prendre le nom. En 1680, elle reçoit la charge, spécialement créée pour elle, de « seconde dame d’atour » de la Dauphine. Elle profite par la suite de la disgrâce de la marquise de Montespan et de la mort de la reine Marie-Thérèse d’Autriche pour épouser secrètement le Roi en 1683. Madame de Maintenon jouit d’une grande influence sur Louis XIV, qui se rend quotidiennement chez elle, dans son appartement donnant sur la cour royale du Château. Il y travaille, reçoit ses ministres et s’offre des moments de calme, en tête-à-tête avec son épouse. Difficile cependant d’évaluer le rôle qu’elle a joué dans les décisions politiques du souverain. Son « règne », que certains qualifient de rigoureux et d’ennuyeux, coïncide toutefois avec la propre évolution du roi et elle porte le chapeau de ce nouvel ordre que beaucoup de courtisans lui reprochent. Quelques jours avant la mort de Louis XIV en 1715, cette puissante femme de l’ombre se retire à Saint-Cyr, dans la maison d’éducation de jeunes filles qu’elle avait fait créer à Louis XIV. Madame de Maintenon est enterrée dans le pensionnat pour jeunes filles de Saint-Cyr, site de la future école militaire fondée par Napoléon. Son corps est exhumé en 1793 par les révolutionnaires. Ses restes, retrouvés pendant la Seconde guerre mondiale dans les décombres de l’école bombardée, sont déposés dans la Chapelle royale du château de Versailles avant d’être replacés en 1969 sur le site de Saint-Cyr. http://www.kweeper.com/charles/image/6550441 Tue, 31 Aug 2021 07:16:01 +0100 charles madame de maintenon louis xiv histoire 1689-1713 : Le Martyre de six pasteurs protestants enfermés au fort de l'île Sainte-Marguerite http://www.kweeper.com/charles/image/6550439 Après la révocation de l'édit de Nantes, le fort de l'île Sainte-Marguerite dans la baie de Cannes est avec le fort de Brescou, la tour de Constance à Aigues-Mortes et le château d'If, l'une des quatre prisons royales des bords de la Méditerranée où, pour "crime de religion", des protestants furent enfermés aux XVIIe et XVIIIe siècles. Au fort de l'île Sainte-Marguerite, six pasteurs protestants rentrés clandestinement en France après la Révocation de l'édit de Nantes pour prêcher l'Evangile avaient été arrêtés à Paris, notamment à cause de la bigoterie de Madame de Maintenon (https://kpr.me/10cHEO ), qui applaudit à la conversion des Huguenots ou à leur inégalité. Tenus au secret le plus strict, ces 6 pasteurs ont constamment essayé de rompre cet isolement : le chant des psaumes entendu, en dépit de l'épaisseur des murs, d'un cachot à l'autre, était un signe de prière et d'affirmation de leur foi mais également un signe de reconnaissance et d'encouragement mutuel à la résistance. L'épisode qui a le plus frappé les esprits est celui de l'assiette d'étain (attribuée à tort par Voltaire au Masque de Fer qui séjourna au fort de 1687 à 1698) : en 1690 l'un des prisonniers tente de communiquer avec le monde libre en gravant quelques mots sur une pièce de vaisselle qu'il s'arrange pour faire passer à l'extérieur : stratagème vite découvert et puni comme il se doit. Au reste le confinement perpétuel et le manque d'exercice, l'inactivité et les pressions morales permanentes, ajoutés à une nourriture misérable, à un confort plus que précaire et aux sévices corporels, ont eu raison, semble-t-il, de la santé mentale de deux ou trois d'entre eux. Un seul fut libéré, après 33 ans de captivité. En 1950, un mémorial, installé dans l'une des cellules du fort de l'île de Sainte-Marguerite, rend hommage à ces 6 pasteurs incarcérés à vie : - Paul Cardel, né à Rouen, arrivé en 1689 à l'île, décédé en 1694 - Pierre de Salve, né à Nîmes, arrivé en 1690, décédé en 1709, devenu fou - Mathurin Gabriel, dit Lestang, natif d'Uzès, arrivé en 1690, libéré sur ordre en 1714, mort en Irlande - Matthieu de Malzac dit Bastide, né en 1657 à Uzès, arrivé en 1692, mort en 1725 sur l'île après 33 ans de captivité. - Giraut, Elysée de Bergerac, arrivé en 1694, avec Givry, mort en 1702 - Givry, natif de Vervins, mort après 1713. R.P.R." : religion prétendue réformée : c'était le qualificatif que les catholiques et les textes officiels attribuaient aux églises réformées en France. http://www.kweeper.com/charles/image/6550439 Tue, 31 Aug 2021 07:01:10 +0100 charles histoire huguenots protestants edit de nantes île sainte-marguerite louis xiv madame de maintenon "Le Dernier Secret" : une nouvelle histoire d'amour de François Mitterrand révélée dans un livre http://www.kweeper.com/charles/sentence/6550393 https://www.francetvinfo.fr/culture/livres/le-dernier-secret-une-nouvelle-histoire-d-amour-de-francois-mitterrand-revelee-dans-un-livre-a-paraitre-en-octobre_4753383.html http://www.kweeper.com/charles/sentence/6550393 Mon, 30 Aug 2021 21:11:29 +0100 charles Hissène Habré, affaire Claustre et rébellion du Tibesti : documentaire de Raymond Depardon en 75 http://www.kweeper.com/charles/video/6550052 21 avril 1974. Trois coopérants sont enlevés sous la palmeraie de Bardaï dans la région montagneuse du Tibesti, dans le nord-ouest du Tchad : le médecin allemand Christophe Staewen et deux Français, le coopérant Marc Combe et l’archéologue Françoise Claustre. Ces kidnappings font connaître la rébellion du Tibesti dans le monde entier, en particulier l'un des ses chef : Hissène Habré. Ce fin stratège, fils du pasteur du Tibesti passé par les bancs de Sciences po et par les rangs de l’administration française, a fomenté les enlèvements. Depuis 1972, avec Goukouni Weddeye, ils co-dirigent le Frolinat (front de libération du Tchad), une guérilla formée dans les grottes volcaniques des montagnes noires du Tibesti. Le pays traverse alors une violente guerre civile, déchiré entre les combattants Toubous du Tibesti, soutenus puis lâchés par la Libye de Kadhafi, et le gouvernement en place à N'Djamena soutenu et armé par la France. Habré veut échanger les otages contre des armes et de l’argent. Si les négociations débouchent rapidement avec l’Allemagne qui accepte de payer (le médecin allemand est très vite libéré) , elles s’enlisent avec la France. Marc Combe, pour sa part, parvient à s'enfuir en 1975. La France giscardienne, mouillée jusqu'au cou dans la " Françafrique ", refuse initialement de négocier avec les rebelles du Tibesti, ces montagnes d'allure lunaire aux confins de la Libye qui leur servent de forteresse naturelle. Elle finit par envoyer un émissaire, le commandant Galopin, pour négocier la libération. Mais l’agent du Service de documentation extérieure et de contre-espionnage (Sdece), personnage typique des dérives de la Françafrique, était détesté par les rebelles. Ils accusaient l’agent, également conseiller du pouvoir tchadien, d’avoir maltraité et tué plusieurs des leurs dans une embuscade. Le commandant Galopin finit pendu par les soldats d’Hissène Habré. Françoise Claustre, elle, reste 33 mois entre les mains de la rébellion. L'épopée ne serait pas complète sans le rôle de Pierre Claustre, son mari, qui tente par tous les moyens de faire libérer sa femme, y compris en tentant de livrer lui-même des armes aux rebelles en guise de rançon, pour finir prisonnier lui aussi, et enfin libéré avec son épouse deux ans après, en 1977. C’est dans ce contexte que la photojournaliste Marie-Laure de Decker, qui travaille alors pour l’agence Gamma, part armée de son Leica en avril 1975, avec Raymond Depardon et Jérôme Hinstin, réaliser des reportages et un documentaire, "Les révolutionnaires du Tchad". L’équipe passe près d’un an auprès des combattants Toubous et filme un témoignage inédit de Françoise Claustre qui bouleverse la France Giscardienne des années 1970. En 1976, le Premier ministre de l'époque se rendra en Libye, et négociera avec le colonel Kadhafi la libération des époux Claustre qui attendra encore neuf mois avant de se concrétiser. Ce Premier ministre s'appelait … Jacques Chirac ! L'«affaire Claustre» inspirera à Raymond Depardon son film «La captive du désert», avec Sandrine Bonnaire. Quant à l'archéologue elle-même, elle restera largement silencieuse tout en reprenant son travail dans un cadre montagneux : les Pyrénées. Françoise Claustre est morte en 2006 des suites d'une longue maladie. Plus de quarante ans après, Marie Laure De Decker, qui n’a eu de cesse de photographier le Tchad et a publié notamment "Pour le Tchad" avec Ondine Tondini (1978) ⚓ https://www.france24.com/fr/20150721-hissene-habre-francoise-claustre-rebellion-frolinat-tchad-tibesti-1970-marie-laure-de-decker-photojournalisme http://www.kweeper.com/charles/video/6550052 Wed, 25 Aug 2021 10:35:32 +0100 charles tchad hissène habré affaire claustre raymond depardon documentaire Mort de Hissène Habré : l'ex-président, incarcéré au Sénégal, est mort à 79 ans http://www.kweeper.com/charles/video/6550048 Hissène Habré est décédé mardi à l'âge de 79 ans à Dakar, au Sénégal. Ancien chef militaire, il accéda à la présidence en renversant Goukouni Oueddei en 1982. Il fut à son tour renversé par Idriss Déby en 1990. Il fut ensuite poursuivi et condamné à la prison à perpétuité pour crimes contre l’humanité, crimes de guerre et actes de torture. http://www.kweeper.com/charles/video/6550048 Wed, 25 Aug 2021 10:20:05 +0100 charles hissène habré Hissène Habré, l’ancien dictateur tchadien est mort mardi à Dakar http://www.kweeper.com/charles/image/6550045 Hissène Habré, qui dirigea le Tchad entre 1982 et 1990, est décédé hier, mardi 24 août, au Sénégal. Agé de 79 ans, l’ex-président est mort mardi du Covid-19, à l’hôpital de Dakar, où il avait été condamné à la prison à perpétuité en 2016 pour «crimes contre l’humanité» Hissène Habré a été un allié et le ministre de la Défense de l'ex-dirigeant Goukouni Weddeye, qui a été à la tête du gouvernement d'union nationale créé en 1979. Les deux hommes sont ensuite devenus des adversaires, et Hissène Habré a pris le pouvoir en renversant Goukouni Weddeye en 1982. Hissène Habré est né dans les sables brûlants de Faya-Largeau le 13 août 1942, quelques mois après le passage de la 2e division blindée du général Leclerc dans cette ville-garnison de l’Afrique équatoriale française. Fils d’une famille d’éleveurs toubous du groupe daza, il appartient au clan des goranes anakazas. #tchad http://www.kweeper.com/charles/image/6550045 Wed, 25 Aug 2021 09:54:50 +0100 charles tchad hissène habré Le philosophe Jean-Luc Nancy est mort ce lundi 23 août, à l'âge de 81 ans. http://www.kweeper.com/charles/image/6550005 Le philosophe Jean-Luc Nancy est mort ce lundi 23 août, à l'âge de 81 ans. En 2018, il était au micro d'Adèle van Reeth dans "profession philosophe", il y retraçait son parcours et dépliait sa pensée de la communauté. https://www.franceculture.fr/emissions/les-chemins-de-la-philosophie/profession-philosophe-1642-jean-luc-nancy-philosophe-de-la-communaute Etudiant en philosophie à la Sorbonne, élève de Paul Ricoeur qui dirigea son mémoire de maîtrise au sujet de la religion chez Hegel, lecteur de Heidegger puis structuralistes, Jean-Luc Nancy commence à enseigner la philosophie en 1968, à l'université de Strasbourg, quatre ans après avoir obtenu l'agrégation. Il y fait la connaissance de Philippe Lacoue-Labarthe, avec lequel il écrira un premier essai, Le Titre de la lettre (une lecture de Lacan) paru en 1973. http://www.kweeper.com/charles/image/6550005 Tue, 24 Aug 2021 23:57:51 +0100 charles philosophie jean-luc nancy Antoine Glaser : "Aller chercher Achille Mbembe c'est une façon d'être transgressif pour Macron" http://www.kweeper.com/charles/video/6549942 Pour le journaliste Antoine Glaser, "Aller chercher Achille Mbembe c'est une façon d'être transgressif pour Macron" En juillet 2019, quand le président français reçoit à l’Élysée plus de 300 représentants de la diaspora africaine, Achille Mbembe s’insurge, reprochant à Emmanuel Macron de chercher à éviter « de se mesurer à de véritables intellectuels africains critiques » qui risqueraient « de lui poser toutes les questions qui gênent » et « de remettre publiquement en cause les trois piliers de la politique française en Afrique : le militarisme, le mercantilisme et le paternalisme mâtiné, comme toujours, de racisme. » Il a visiblement été entendu puisque, quelques mois plus tard, Emmanuel Macron le sollicite pour intervenir lors du sommet Afrique-France de Montpellier, qui se tiendra au mois d’octobre. http://www.kweeper.com/charles/video/6549942 Mon, 23 Aug 2021 15:20:53 +0100 charles achille mbembe antoine glaser francafrique macron Barthélémy Toguo - Kingdom of faith au Centre d'art La Malmaison à Cannes http://www.kweeper.com/charles/image/6549932 L'artiste touche-à-tout Barthélémy Toguo , premier artiste africain contemporain à avoir une exposition personnelle au musée du Quai Branly à Paris (visible jusqu'au 5 Décembre 2021). 👉 https://www.kweeper.com/afro_contemporain/images/tags/craving-for-humanity  Il est aussi présent au Centre d'art La Malmaison à Cannes où à coups de sculptures, peintures ou installations étonnantes, il expose son œuvre humaniste et colorée en livrant 42 œuvres de sculptures, peintures et photographies qui transportent les visiteurs dans l’univers engagé et poétique. Parmi les grands thèmes qui inspirent l'artiste, il y a l'exil et la migration. Dans une salle, des tampons administratifs en forme de visage humain, des cartons imprimés de motifs bananes au sol... Ici, tout est symbole de l'impitoyable loi des frontières et vise à questionner le public. "Avec ces cartons banane, Barthélémy dénonce l'exploitation de certains pays pour leur agriculture". Pour Kingdom of Faith, l'artiste a recueilli des cartes postales écrites par des jeunes filles pendant le génocide du Rwanda. Une façon de porter des voix oubliées, des petites histoires écrasées par le poids de la grande. Barthélémy Toguo reste profondément enraciné à Bandjoun son village natal au Cameroun, où il retourne très régulièrement. Il y a créé Bandjoun Station (https://kpr.me/1009qj) une fondation inaugurée en 2013 destinée à accueillir en résidence, dans des logements-ateliers, des artistes et des chercheurs du monde entier pour développer des propositions en adéquation avec la communauté locale. Il en parle en ces termes : « Mon idée avec Bandjoun Station était de marier l’art classique africain et l’art contemporain mondial, d’exposer ces œuvres dans un même espace, sans ghettoïsation ou hiérarchie de valeurs. […] C’est ainsi que Bandjoun Station deviendra un carrefour, un véritable lieu de rencontre entre l’art classique et l’art contemporain ». Il y développe également des projets d’agriculture dans un esprit de développement durable et sain. http://www.kweeper.com/charles/image/6549932 Mon, 23 Aug 2021 11:07:35 +0100 charles barthélémy toguo art exposition cannes sculpture peinture photographie FRAGONARD ET LE MYSTÈRE DE LA CAGE D'ESCALIER DE LA VILLA MAUBERT. http://www.kweeper.com/charles/sentence/6549893 En 1790, Jean-Honoré Fragonard (1732-1906. Né sous Louis XVIII et mort sous Napoléon 1er), peintre du bonheur, des plaisirs de l'amour, de la séduction, du libertinage et de l'insouciance, ne trouve plus sa place dans le panorama esthétique de la Révolution. Il se retire avec sa femme, sa belle sœur et son fils à Grasse, sa ville natale, dans la Bastide de son cousin Alexandre Maubert. Fragonard y peindra « les Fragonard de Grasse », dix tableaux faisant suite à une commande refusée de Mme du Barry, mais aussi cette impressionnante fresque (avec son fils Alexandre-Évariste) qui s’impose dans la cage d’escalier. Jean-Honoré qui jusqu’alors avait fait preuve d’une grande liberté picturale va travailler sur commande. Alexandre Maubert et ses amis demandent et orientent, le peintre exécute. Les dessins portent clairement un message. Ils associent le Roi Salomon, l’Abbé Grégoire, le Laurier et l’Olivier, les faisceaux de bâtons de licteurs et les boules, les chiffres et les signes. Une lecture symbolique de synthèse conduit à la première Loge Maçonnique Grassoise active depuis 1774 et déclarée en 1785, « La Vraye Humanité », puis à la deuxième, active en 1790, « La Nouvelle Amitié » et aux Grassois qui pratiquaient l’Art Royal et aux motivations philosophiques qui les liaient. Elle pose également un regard sur les origines de la Franc-maçonnerie à Grasse. #art #peinture #grasse #fragonard #napoleon #routenapoleon #parfum #fresque #fresquemurale #histoire http://www.kweeper.com/charles/sentence/6549893 Sun, 22 Aug 2021 12:53:48 +0100 charles routenapoleon peinture parfum napoleon histoire grasse fresquemurale fresque fragonard art François MIREUR (1770-1798), Général de Brigade des armées de la Révolution française. http://www.kweeper.com/charles/image/6549787 Coté personnages historiques étant nés à Escragnolles, notons le plus célèbre d’entre eux, François MIREUR (1770-1798), second fils du Maire de l’époque qui devient Général de Brigade des armées de la Révolution française. En 1792, alors qu’il est à Marseille pour organiser le mouvement des volontaires du Sud vers Paris, il entonne pour la première fois le « chant de guerre pour l’armée du Rhin » composé par Rouget de Lisle. Ce chant est adopté par ces volontaires Marseillais qui vont le chanter au cours de leur marche sur Paris. Ce chant deviendra la Marseillaise, notre hymne national. François Mireur fut tué au combat en pendant la campagne d’Egypte de Bonaparte, le 9 Juillet 1798 à la bataille de Damanhour, il avait 28 ans. Plus tard, au début Mars 1815, lors de son retour de l’île d’ Elbe, Napoléon s’arrêtera à Escragnolles pour rendre visite à la mère de François Mireur. Une plaque en faïence colorée en l’honneur de « François Mireur Héros de la Marseillaise » est apposée dans le village d’Escragnolles. http://www.kweeper.com/charles/image/6549787 Fri, 20 Aug 2021 12:30:12 +0100 charles François MIREUR (1770-1798), Général de Brigade des armées de la Révolution française. http://www.kweeper.com/charles/image/6549788 Coté personnages historiques étant nés à Escragnolles, notons le plus célèbre d’entre eux, François MIREUR (1770-1798), second fils du Maire de l’époque qui devient Général de Brigade des armées de la Révolution française. En 1792, alors qu’il est à Marseille pour organiser le mouvement des volontaires du Sud vers Paris, il entonne pour la première fois le « chant de guerre pour l’armée du Rhin » composé par Rouget de Lisle. Ce chant est adopté par ces volontaires Marseillais qui vont le chanter au cours de leur marche sur Paris. Ce chant deviendra la Marseillaise, notre hymne national. François Mireur fut tué au combat en pendant la campagne d’Egypte de Bonaparte, le 9 Juillet 1798 à la bataille de Damanhour, il avait 28 ans. Plus tard, au début Mars 1815, lors de son retour de l’île d’ Elbe, Napoléon s’arrêtera à Escragnolles pour rendre visite à la mère de François Mireur. Une plaque en faïence colorée en l’honneur de « François Mireur Héros de la Marseillaise » est apposée dans le village d’Escragnolles. http://www.kweeper.com/charles/image/6549788 Fri, 20 Aug 2021 12:30:12 +0100 charles Inauguration d’une plaque commémorative du passage de Napoléon 1er à Escragnolles http://www.kweeper.com/charles/sentence/6549786 Coté personnages historiques étant nés à Escragnolles, notons le plus célèbre d’entre eux, François MIREUR (1770-1798), second fils du Maire de l’époque qui devient Général de Brigade des armées de la Révolution française. En 1792, alors qu’il est à Marseille pour organiser le mouvement des volontaires du Sud vers Paris, il entonne pour la première fois le « chant de guerre pour l’armée du Rhin » composé par Rouget de Lisle. Ce chant est adopté par ces volontaires Marseillais qui vont le chanter au cours de leur marche sur Paris. Ce chant deviendra la Marseillaise, notre hymne national. François Mireur fut tué au combat en pendant la campagne d’Egypte de Bonaparte, le 9 Juillet 1798 à la bataille de Damanhour, il avait 28 ans. Plus tard, au début Mars 1815, lors de son retour de l’île d’ Elbe, Napoléon s’arrêtera à Escragnolles pour rendre visite à la mère de François Mireur. Une plaque en faïence colorée en l’honneur de « François Mireur Héros de la Marseillaise » est apposée dans le village d’Escragnolles. http://www.kweeper.com/charles/sentence/6549786 Fri, 20 Aug 2021 12:26:36 +0100 charles Route Napoleon : De Cannes à Grasse puis Castellane http://www.kweeper.com/charles/image/6549782 Ci-dessus : Buste en terre cuite du Général Mireur, 1770-1798, promoteur de La Marseillaise. La route Napoléon s’arrête officiellement à Grasse. Le 1er mars 1815, débarquant sur la plage de Golfe-Juan, entre Antibes et Juan-les-Pins avec sa petite armée de 1 100 hommes à bord du brick L’Inconstant et quelques voiliers, Napoléon gagna Cannes, voulant éviter la voie du Rhône qu’il savait hostile. Il fit prendre la route de Grasse pour gagner, par les Alpes, la vallée de la Durance, puis Grenoble et la vallée du Rhône. Le 20 mars 1815, au milieu d’une foule enthousiaste, il entra aux Tuileries et reprit le pouvoir. Le 1er mars 1815 donc, l'aventure commence par un échec : celui de la prise d'Antibes. Fermement tenue par les soldats royalistes, la ville ne tombera pas aux mains des troupes napoléoniennes. C'est donc pour Cannes que l'Aigle s'envole. Il établit un premier bivouac dans une oliveraie. Un illustre passage rappelé par une plaque commémorative sur l'église Notre-Dame-de-Bon-Voyage. Nous sommes le 2 mars 1815. Napoléon a passé sa première nuit sur le sol français depuis son exil. Mais le plus dur reste à faire. Par où passer ? La vallée du Rhône ? Les Alpes ? C'est grâce aux conseils de Jean Dumoulin, héritier d’une riche famille de gantiers grenoblois, que l'empereur va pouvoir établir une feuille de route. Ce jour-là, le cortège décide de traverser les Alpes-Maritimes. À l’aube, les soldats bonapartistes mettent le cap sur Mougins. Après une halte à Mouans-Sartoux, ils prennent la direction de Grasse. Avec un temps d'avance sur la troupe, le général Cambronne assure le repérage... et s'assure surtout que l'empereur recevra un bon accueil des habitants sur place. L'accueil en question sera “glacial” à Grasse car... absent et inexistant ! À son arrivée, Napoléon découvre une ville morte : les boutiques sont closes et les maisons fermées. Et pour cause, la population croit à une attaque de corsaires ! Certains habitants ont même pris la fuite devant la menace supposée. La colonne de soldats traverse donc la ville sans encombre et s’arrête sur le plateau de Roquevignon. Celui-là même qui porte aujourd'hui le nom de “plateau Napoléon”. Là, Napoléon reçoit enfin quelques témoignages bienveillants d'habitants ; et même des acclamations. Un moment de répit pour la colonne. Mais de colère pour l'empereur. La satisfaction des marques de soutien de la population n'aura été que de courte durée. Napoléon est furieux. Alors qu'il avait ordonné la construction de la route vers Digne en 1802, soit 13 ans auparavant, celle-ci n’a pas encore été réalisée. L'Aigle poursuivra donc son périple sur les chemins non carrossables. Davantage de mules seront nécessaires pour cela. Les réquisitions se poursuivent. Après une nouvelle halte à Saint-Vallier-de-Thiey aux alentours de 16 heures, où l'empereur s'assoupit quelques instants sous un ormeau, c'est sous la neige que la colonne emprunte le sentier des gorges de la Siagne pour franchir le Pas de la Faye. La route est escarpée. Et la descente aussi vertigineuse que dangereuse. Au point que, durant le voyage, une mule bascule dans le ravin. L’empereur lui-même manque de chuter. Au bout de ce périple, la troupe arrive tant bien que mal à Escragnolles. L'occasion de souffler, de se restaurer et d'apprécier l'hospitalité locale. Le curé en personne prépare la collation de l'empereur. Il faut dire que Napoléon est plutôt bien vu, par ici. Après tout l'un des enfants du pays, le général Mireur -connu comme le “propagateur de la Marseillaise”- a servi sous ses ordres et même donné sa vie pour lui lors de la campagne d’Égypte. Sur place, c'est l'oncle de Mireur qui accueille Napoléon. L'empereur demande à rencontrer la mère du général qui l'a suivi jusqu'à la mort. Cette dernière, aveugle, est accompagnée jusqu'à lui. L'empereur déchu lui remet la somme de 500 francs. Ce geste de gratitude met du baume au cœur des troupes. De quoi les remobiliser, à défaut de repos. Car, bien que la nuit soit tombée, le cortège doit poursuivre sa marche jusqu'au petit village de Séranon. Là-bas, un lit attend Napoléon dans le château du Brondet. Un impressionnant manoir qui appartenait au maire de Grasse 3 mars 1815 : De Séranon à Barrême par Castellane Ce soir-là, le lit aura attendu l'impérial sommeil en vain. C'est tout habillé dans un fauteuil Louis XIII que Napoléon passe la nuit. L'Aigle a la réputation de dormir peu. Durant cette période particulière, où son esprit doit être encombré et son regard sans cesse tourné vers la capitale, il y a fort à parier que l'empereur a dû mal à clore ses paupières. Une pensée hante son esprit : et si, demain, la population de Castellane (Alpes-de-Haute-Provence) lui réservait un mauvais accueil ? Au petit matin, ce 3 mars, la colonne reprend sa route pour le découvrir. Cap sur la commune qui est alors une modeste sous-préfecture de 1800 habitants. Des témoignages parlent d'un Napoléon si inquiet que, avant de reprendre la route, il revêt son uniforme de colonel des grenadiers de la Garde Impériale. Ouvrant la voie, Cambronne ne décèle pourtant -à son arrivée à Castellane- aucune animosité particulière de la population envers l'empereur. Les habitants ne savent d'ailleurs rien de son retour encore confidentiel. L'entrée de l'Aigle dans Castellane ne le sera pas en tout cas. Il arrive par le faubourg Saint-Martin, précédé de tambours et de musique militaire. La surprise est totale pour les habitants, d'abord perplexes. L'empereur est de retour ? Ici ? Dans leurs rues où se côtoient paysans, artisans, éleveurs et fabricants de draps ? La surprise passée, la population ne manque pas de saluer cette véritable parade par des“Vive l’empereur”. On imagine alors aisément Napoléon retrouver le sourire sous son bicorne. Le revenant n'est pourtant pas encore au bout de ses (bonnes) surprises. Pendant que la troupe sympathise avec les habitants, Bonaparte déjeune avec le sous-préfet Francoul. Et il ne pouvait pas mieux tomber. Francoul vient tout juste d'être destitué par Louis XVIII. Il n'hésite pas et reçoit Napoléon à l’hôtel de la sous-préfecture, une maison de trois étages. Le maire est également présent pour partager ce repas, préparé à l'auberge. Pendant ce temps, Cambronne continue de réquisitionner des mulets. Dernière bonne surprise pour Napoléon : à l'issue du repas il se voit offrir trois "passeports" en blanc. De quoi permettre à ses émissaires de se déplacer facilement d'un canton à l'autre. Dans l’après-midi, la colonne quitte Castellane et reprend son long chemin par les lacets d’un sentier muletier très étroit en direction du col des Lèques (1146 mètres). Elle le franchit en file indienne. Jusqu’à Digne. http://www.kweeper.com/charles/image/6549782 Fri, 20 Aug 2021 12:20:47 +0100 charles napoléon route napoleon mireur histoire marseillaise Comment Napoléon a conquis (et perdu) l’Europe http://www.kweeper.com/charles/video/6549780 http://www.kweeper.com/charles/video/6549780 Fri, 20 Aug 2021 11:46:24 +0100 charles napoléon histoire Route Napoleon : Castellane - Barrême - Digne Les Bains - Malijai - Sisteron (les des Basses-Alpes) http://www.kweeper.com/charles/image/6549657 De Golfe-Juan, Napoléon remonte vers Grasse puis prend la route des Basses-Alpes, qui le conduit d’abord à Castellane, au matin du vendredi 3 mars, puis à Barrême, Digne, Malijai, L’Escale, Sisteron et, de là, dans les Hautes-Alpes, à Gap. Venant de Séranon, Napoléon entra dans les Basses-Alpes le 3 mars 1815 par Le Mousteiret, situé sur la commune de Peyroules. Une course s’est engagée car des troupes royalistes remontent vers Manosque et Barrême. Mais nulle part #napoleon ne rencontre une quelconque résistance et, malgré l’état déplorable des chemins entre Castellane et Digne, il traverse le département en trois jours. Le vendredi 3 mars en fin de matinée, l’Aigle pénétrait à Castellane Il suivit ensuite l’itinéraire Castellane, Taulanne, Barrême, Chaudon, Digne les Bains, Malijai, L’Escale, Volonne, Sisteron. La troupe Napoléonienne arrive de Séranon, où elle a bivouaqué, via Le Mousteiret (sur la commune de Peyroules) et La Garde par le col de Luans, provoquant à Castellane une véritable surprise. Castellane est alors une modeste sous-préfecture de 1 800 habitants. Vers midi, la colonne débouche musique en tête sur la grande place où se presse la population. Des cris de « Vive l’Empereur » s’élèvent. Napoléon est accueilli par le maire, Saint-Martin, et le sous-préfet Francoul révoqué par Louis XVIII en janvier. À l’hôtel de la sous-préfecture, Napoléon se restaure d’un repas préparé à l’auberge. Jusqu’à Digne, le trajet est particulièrement difficile. Seuls trois kilomètres de la « route classée » ont été exécutés, des bains thermaux à la ville de Digne. Le déplacement est périlleux et la route est interdite aux voitures. On réquisitionne alors force mulets de bât pour le transport des vivres, des bagages et des munitions. De Castellane, la route s’élève jusqu’au col des Lèques par une pente très raide. Elle se caractérise ensuite par ses lacets, son étroitesse – c’est un chemin muletier –, ses montées et ses descentes abruptes. De surcroît, la neige rend plus difficile la progression. Le franchissement du col Saint-Pierre à Taulanne est plus aisé. NUIT DU VENDREDI 3 MARS AU SAMEDI 4 MARS 1815 Le général Cambronne quitte Castellane à 13 heures et atteint Barrême à 18 heures. Napoléon y entre deux heures plus tard malgré la neige. Il soupe puis dort au domicile du juge de paix, Tartanson. Une arrière-garde campe toujours à Castellane. Selon la légende, c’est dans la descente du col de SaintPierre que l’un des mulets, porteurs des caisses d’or, aurait basculé dans le précipice : 37 000 francs y auraient été perdus. Une tradition raconte que le conducteur du mulet revint la nuit récupérer les précieux napoléons. Les soldats ont fait arborer une cocarde tricolore aux gendarmes de Barrême, à la place de la cocarde blanche de la monarchie. Après avoir passé la nuit à Barrême ,Napoléon repart au petit matin en direction de Digne par la Clappe. Un rude chemin ! La troupe se dirige vers Digne par un mauvais chemin qui franchit le col de Chaudon. Napoléon fait une halte au hameau de La Clappe où il déjeune d’une omelette. Après avoir traversé le pont des Eaux-Chaudes à peu de distance de Digne, Napoléon prend la rue de la Mère-de-Dieu et franchit la porte des Bains. Il y a foule à Digne en ce samedi 4 mars car c’est jour de marché. Des émissaires ont précédé sa marche tandis que les autorités civiles et militaires ont, par précaution, déserté la ville, en particulier le préfet Duval et le général commandant les troupes dans le département, le comte de Loverdo, un Grec qui avait servi dans les armées de la Révolution et de l’Empire. Napoléon ne s’attarde pas à Digne car sa course continue. Il se fait servir un repas à l’hôtel du Petit-Paris et repart immédiatement en direction de Malijai. MALIJAI, AU CHÂTEAU : NUIT DU SAMEDI 4 MARS AU DIMANCHE 5 MARS 1815 De Digne à Malijai, la route emprunte la vallée de la Bléone. Moins accidentée, elle subit néanmoins les affres des grandes crues. Le Samedi 4 Mars 1825, Napoléon s’arrête à Malijai pour sa seconde nuit dans les Basses-Alpes et occupe une des chambres du château. À son arrivée, le général Cambronne sécurise le village contre une éventuelle attaque du général Loverdo, en barrant l’accès au pont à l'entrée du village. Puis une fois ces précautions prises il se hâte vers Sisteron, principal point noir du trajet jusque dans les Hautes-Alpes, afin que, le lendemain, la troupe puisse passer sans encombre cet obstacle. Après Malijai, la route continue par les communes de L’Escale, Volonne, Salignac, et, avant Sisteron. L’avant-garde mnée par Cambronne atteint la ville de Sisteron vers minuit afin d’empêcher toute velléité de résistance au pont en pierre de La Baume, qui franchit la rivière Durance, impossible à traverser autrement à cause du fort volume de ses eaux. Cambronne prend possession de la citadelle. À Sisteron, rien n’est fait pour arrêter la marche impériale : « Adieu les manifestations belliqueuses ! » aurait dit M. de Laplane, chef de la garde nationale. Avant midi, Napoléon entre dans la ville par la porte du Dauphiné et déjeune à l’hôtel du Bras-d’Or. Peu après il est sur le départ alors que la population s’est massée sur son parcours. Le 6 Mars au soir, ils atteignirent Gap dans les Hautes-Alpes. http://www.kweeper.com/charles/image/6549657 Wed, 18 Aug 2021 11:49:20 +0100 charles route napoleon roadtrip napoleon histoire Route Napoléon : Malijai - Sisteron - Gap http://www.kweeper.com/charles/image/6549493 Voilà quelques jours que Napoléon a quitté son exil de l'île d'Elbe et a débarqué sur le continent à Golfe-Juan avec pour objectif de rejoindre Paris et reconquérir ce qu'il considère comme son pouvoir. Il éprouva de vives inquiétudes pendant les 5 premiers jours de cette épopée. Mais là où tout risqua d'échouer, ce fut devant la Citadelle de Sisteron : le site, les fortifications, une population et un maire royaliste...et les troupes royalistes cantonnées en Basse-Provence, pas si loin ! A Sisteron, les possibilités de résistance pouvaient venir facilement à bout de l'audacieuse équipée. Le 4 mars 1815 au soir, dès son arrivée à Malijai, Napoléon avait comme à son habitude expédié Cambronne son gars sûr en éclaireur avec cent cavaliers sur la route des Alpes. Leur mission: parvenir à Sisteron à marche forcée, il fallait que la ville fût investie coûte que coûte. Ce ne fut qu'au petit matin, à 2 heures, que l'Empereur retrouva sa "sérénité" lorsqu'un cavalier revenu de Sisteron lui annonça que la ville était soumise, et toute résistance étouffée. Le 5 Mars 1815, vers les 10 h du matin, après avoir quitté Malijai, Napoléon se dirige donc vers Sistéron. La ville s'offrit sans défense. Napoléon motive ses troupes : «Soldats, nous voilà sauvés, nous sommes à Paris !» Il entre dans la ville et descend à l'hôtel du Bras d'Or, de la rue Saunerie (en photo). à Midi, Après s'être restauré, la population commence à se rassembler et devient nerveuse, Napoléon décide alors de quitter rapidement Sisteron, quelques heures à peine après y être entré. En début d’après midi, il entre dans les Hautes-Alpes et fait une première halte au Poët devant la maison du maire face à l’église, puis, il poursuit sa route jusqu’à Rourebeau sur la commune d’Upaix. Là une foule de 3 à 4 000 personnes l’attend réunie par le maire, César de Saint-Genus, resté fidèle à l’empereur.  Napoléon répondit à l’accueil du maire par ces mots : «Je connais le bon esprit des Dauphinois. Je suis tranquille depuis l’heure où j’ai mis le pied sur le territoire des Hautes-Alpes». Vers les dix-sept heures Napoléon reprit la route, s’arrêta un instant à l’auberge des Vivas à Vitrolles. L’auberge est la propriété d’Eugène, François, Auguste d’Arnaud de Vitrolles nommé baron par Napoléon en 1812 mais secrétaire d’Etat de Louis XVIII en 1815. Le maire d’Upaix, César de Saint-Genis qui accompagne l’empereur lui fait remarquer qu’il traverse les terres d’un homme qui, tenant tout de sa bonté, avait contribué à sa perte par les moyens les plus indignes. Napoléon répondit : «Je veux qu’il sache que je lui ai fait une petite visite.» En sortant de ce village il retrouva d’anciens militaires à l’auberge des Piles et les salua, puis il rejoignit Gap par la plaine de Lachaup. Vers les dix heures du soir, Napoléon entre dans Gap par la porte Colombe, entrée sud de la ville. De là le cortège suit la rue Droite et s’avance jusqu’à la place Saint-Etienne puis l’auberge Marchand, un établissement de bonne réputation, fréquenté par la bourgeoisie locale, où il coucha. Là il reçut le maire , Charles-Louis d’Abon et son conseil municipal. Durant l’entretien Charles-Louis d’Abon qui regardait l’expédition de Bonaparte «comme tout à fait aventurée», évita, en réponse aux questions posées par Napoléon, de se servir des qualificatifs de Sire, de Majesté, d’Empereur. Interrogé, par Napoléon, sur ce qu’il pensait de son retour, il aurait répondu « je crois qu'il est malheureux pour la France comme pour vous. » Il démissionna de sa fonction de maire en octobre 1815. A l’auberge Marchand, un grand feu de cheminée fut allumé pour chauffer sa chambre. Rapidement, l’âtre s’enflamme, l’Empereur reste stoïque, sort son pistolet et tire un coup de feu. Sous l’effet de l’explosion, la suie enflammée tomba et le feu éteint presque instantanément. Le lendemain 6 mars, Napoléon eut un entretien avec le secrétaire général de la préfecture Pierre-Antoine Farnaud et rédigea sa proclamation aux habitants des Hautes et Basses Alpes : "Citoyens, J’ai été vivement touché de tous les sentiments que vous m’avez montrés. Vos voeux seront exaucés. La cause de la Nation triomphera encore. Vous avez raison de m’appeler votre père ; je ne vis que pour l’honneur et le bonheur de la France. Mon retour dissipe toutes vos inquiétudes […] Dans toutes les circonstances où je pourrai me trouver, je me rappellerai toujours avec un vif intérêt, tout ce que j’ai vu en traversant votre pays." En début d’après-midi, ce fut le départ pour Corps sa prochaine étape. http://www.kweeper.com/charles/image/6549493 Sun, 15 Aug 2021 23:47:34 +0100 charles Route Napoleon : Qui a coupé les cheveux de Napoléon à Corps http://www.kweeper.com/charles/image/6549486 Le village de Corps (Isère) situé dans la vallée du Champsaur, qui vit naître la bergère Mélanie Calvat, est le point de départ vers le sanctuaire de Notre-Dame de La Salette, 2ieme haut lieu de pèlerinage en France après Lourdes. C'est aussi à Corps, le 6 mars 1815, que Napoléon, arrivant de Gap, passa la nuit avant de se diriger le lendemain vers Laffrey puis Grenoble. Le 6 mars, la troupe de Napoléon arrive à Corps où son gars sûr Cambronne a préparé le logement dans une bâtisse bourgeoise, la gendarmerie de l’époque, située Grande rue. Avant la nuit, il se fera couper les cheveux et mangera une omelette. Avant le dodo, il prononça cette phrase « Corpatus je me sens ici comme chez moi ». Les « puristes » remarqueront que l’aigle représenté sur la plaque commémorative (📷 photo) a la tête tournée du mauvais côté. Pendant la nuit, les éclaireurs des troupes du Roi complotent à La Mure, en aval de Corps. Ils veulent empêcher Napoléon d'atteindre Grenoble et envisagent pour cela de détruire un pont à l'entrée de la ville. Le Maire les en dissuade, arguant de raisons commerciales. Il faut dire que Cambronne qui s'y était lui aussi rendu en éclaireur pour le compte de Napoléon, était parvenu à le "retourner" (hop! 💰) Le lendemain 7 mars, très tôt le matin, Napoléon quitte Corps et se met en route vers La Mure, arrivant en fin matinée il félicite le maire qui a sauvé le pont, le nomme sous préfet et lui laisse une malle en bronze (et re-hop ! 😊💰) Plus bas, le bataillon du commandant Delessart qui a pris position à Laffrey, attend. C'est là, dans une prairie étroite entre la colline et le lac qu'aura lieu la rencontre décisive (https://kpr.me/10cHoY). #routenapoleon #roadtrip #napoleon #histoire #corps http://www.kweeper.com/charles/image/6549486 Sun, 15 Aug 2021 20:59:55 +0100 charles route napoleon roadtrip napoleon histoire corps Route Napoleon : Façade côté rue de la maison où dormi Napoléon le 6 Mars 1815 http://www.kweeper.com/charles/image/6549487 Le village de Corps (Isère) situé dans la vallée du Champsaur, qui vit naître la bergère Mélanie Calvat, est le point de départ vers le sanctuaire de Notre-Dame de La Salette, 2ieme haut lieu de pèlerinage en France après Lourdes. C'est aussi à Corps, le 6 mars 1815, que Napoléon, arrivant de Gap, passa la nuit avant de se diriger le lendemain vers Laffrey puis Grenoble. Le 6 mars, la troupe de Napoléon arrive à Corps où son gars sûr Cambronne a préparé le logement dans une bâtisse bourgeoise, la gendarmerie de l’époque, située Grande rue. #routenapoleon #roadtrip #napoleon #histoire #corps http://www.kweeper.com/charles/image/6549487 Sun, 15 Aug 2021 20:59:55 +0100 charles route napoleon roadtrip napoleon histoire corps Route Napoleon : Façade côté Jardin de la maison où dormi Napoléon le 6 Mars 1815 à Corps (is http://www.kweeper.com/charles/image/6549488 Le village de Corps (Isère) situé dans la vallée du Champsaur, qui vit naître la bergère Mélanie Calvat, est le point de départ vers le sanctuaire de Notre-Dame de La Salette, 2ieme haut lieu de pèlerinage en France après Lourdes. C'est aussi à Corps, le 6 mars 1815, que Napoléon, arrivant de Gap, passa la nuit avant de se diriger le lendemain vers Laffrey puis Grenoble. Le 6 mars, la troupe de Napoléon arrive à Corps où son gars sûr Cambronne a préparé le logement dans une bâtisse bourgeoise, la gendarmerie de l’époque, située Grande rue. #routenapoleon #roadtrip #napoleon #histoire #corps http://www.kweeper.com/charles/image/6549488 Sun, 15 Aug 2021 20:59:55 +0100 charles route napoleon roadtrip napoleon histoire corps Route Napoleon : sur les berges du Lac du Sautet http://www.kweeper.com/charles/image/6549489 une plage de galets clairs, un lac scintillant au soleil, la silhouette imposante de l'Obiou sur l'horizon. #routenapoleon #roadtrip #napoleon #histoire #corps http://www.kweeper.com/charles/image/6549489 Sun, 15 Aug 2021 20:59:55 +0100 charles route napoleon roadtrip napoleon histoire corps lac lac du sautet Route Napoleon : Le Lac du sautet http://www.kweeper.com/charles/image/6549490 Le lac du Sautet est un lac artificiel situé à la limite des départements de l'Isère et des Hautes-Alpes. Il a été créé par l'établissement d'un barrage sur le Drac, en aval de son confluent avec la Souloise. Situé à 765 mètres d'altitude, le lac du Sautet, d'une superficie de 350 hectares, peut se targuer de bénéficier d'un cadre naturel magnifique ! Cette superbe retenue d'eau, située en contrebas du sympathique village de Corps, incite en outre à la pratique de loisirs nautiques tels que le canoë, la voile, le pédalo, le bateau électrique ou encore la baignade. Randonnée pédestre et via ferrata sont également possibles aux abords du lac. Le village de Corps (Isère) situé dans la vallée du Champsaur, qui vit naître la bergère Mélanie Calvat, est le point de départ vers le sanctuaire de Notre-Dame de La Salette, 2ieme haut lieu de pèlerinage en France après Lourdes. C'est aussi à Corps, le 6 mars 1815, que Napoléon, arrivant de Gap, passa la nuit avant de se diriger le lendemain vers Laffrey puis Grenoble. #routenapoleon #roadtrip #napoleon #histoire #corps #lac http://www.kweeper.com/charles/image/6549490 Sun, 15 Aug 2021 20:59:55 +0100 charles route napoleon roadtrip napoleon histoire corps lac le lac du sautet Le lac du Sautet vu depuis la terrasse de la maison où dormi Napoléon le 6 Mars 1815 http://www.kweeper.com/charles/image/6549491 Le village de Corps (Isère) situé dans la vallée du Champsaur, qui vit naître la bergère Mélanie Calvat, est le point de départ vers le sanctuaire de Notre-Dame de La Salette, 2ieme haut lieu de pèlerinage en France après Lourdes. C'est aussi à Corps, le 6 mars 1815, que Napoléon, arrivant de Gap, passa la nuit avant de se diriger le lendemain vers Laffrey puis Grenoble. Le 6 mars, la troupe de Napoléon arrive à Corps où son gars sûr Cambronne a préparé le logement dans une bâtisse bourgeoise, la gendarmerie de l’époque, située Grande rue. Aujourd'hui, Depuis la terrasse de la maison, on peut voir le lac du Sautet (lac artificiel crée par EDF) qui n'existait pas en 1815 ! A l'arrière-plan sur la photo, l'on peut voir la chaine de montagnes de l'obiou où le crash d’un avion canadien faisait 58 morts le 13 novembre 1950. #routenapoleon #roadtrip #napoleon #histoire #corps http://www.kweeper.com/charles/image/6549491 Sun, 15 Aug 2021 20:59:55 +0100 charles route napoleon roadtrip napoleon histoire corps lac lac du sautet Route Napoleon : La maison natale de la bergère Mélanie Calvat http://www.kweeper.com/charles/image/6549492 Le village de Corps (Isère) situé dans la vallée du Champsaur, qui vit naître la bergère Mélanie Calvat, est le point de départ vers le sanctuaire de Notre-Dame de La Salette, 2ieme haut lieu de pèlerinage en France après Lourdes. Mélanie Calvat, également connue sous le nom de Sœur Maria da Cruz, est une jeune bergère qui raconta avoir été témoin, avec le jeune Maximin Giraud, le 19 septembre 1846, de l'apparition de la Sainte Vierge Marie à La Salette C'est aussi à Corps, le 6 mars 1815, que Napoléon, arrivant de Gap, passa la nuit avant de se diriger le lendemain vers Laffrey puis Grenoble (Story ici https://kpr.me/10cHp7) #route-napoleon #roadtrip #napoleon #histoire #corps #lourdes #melanie-calvat http://www.kweeper.com/charles/image/6549492 Sun, 15 Aug 2021 20:59:55 +0100 charles route napoleon roadtrip napoleon histoire corps melanie-calvat notre-dame de la salette Route Napoléon : Laffrey, la prairie de la rencontre http://www.kweeper.com/charles/image/6549479 Le 7 mars 1815, les troupes du roi Louis XVIII attendent Napoléon Bonaparte dans cette prairie à Laffrey pour l'arrêter depuis qu'il a quitté son exil à l'île d'Elbe. L’affrontement qui s’annonce inévitable et n’a pourtant pas lieu. "Soldats, je suis votre Empereur, ne me reconnaissez-vous pas ? S’il en est un parmi vous qui veuille tuer son général, me voilà !” C’est par ces mots, prononcés en offrant sa poitrine aux fusils, que Napoléon fait basculer l’histoire en sa faveur dans cet alpage à la pointe du lac de #Laffrey, en Isère. #routenapoleon #roadtrip #napoleon #histoire http://www.kweeper.com/charles/image/6549479 Sun, 15 Aug 2021 20:36:36 +0100 charles route napoleon roadtrip napoleon laffrey histoire Route Napoléon : Laffrey, la prairie de la rencontre http://www.kweeper.com/charles/image/6549480 Le 7 mars 1815, les troupes du roi Louis XVIII attendent Napoléon Bonaparte dans cette prairie à Laffrey pour l'arrêter depuis qu'il a quitté son exil à l'île d'Elbe. L’affrontement qui s’annonce inévitable et n’a pourtant pas lieu. "Soldats, je suis votre Empereur, ne me reconnaissez-vous pas ? S’il en est un parmi vous qui veuille tuer son général, me voilà !” C’est par ces mots, prononcés en offrant sa poitrine aux fusils, que Napoléon fait basculer l’histoire en sa faveur dans cet alpage à la pointe du lac de #Laffrey, en Isère. #routenapoleon #roadtrip #napoleon #histoire http://www.kweeper.com/charles/image/6549480 Sun, 15 Aug 2021 20:36:36 +0100 charles route napoleon roadtrip napoleon laffrey histoire Route Napoléon : Laffrey, la prairie de la rencontre http://www.kweeper.com/charles/image/6549481 Le 7 mars 1815, les troupes du roi Louis XVIII attendent Napoléon Bonaparte dans cette prairie à Laffrey pour l'arrêter depuis qu'il a quitté son exil à l'île d'Elbe. L’affrontement qui s’annonce inévitable et n’a pourtant pas lieu. "Soldats, je suis votre Empereur, ne me reconnaissez-vous pas ? S’il en est un parmi vous qui veuille tuer son général, me voilà !” C’est par ces mots, prononcés en offrant sa poitrine aux fusils, que Napoléon fait basculer l’histoire en sa faveur dans cet alpage à la pointe du lac de #Laffrey, en Isère. #routenapoleon #roadtrip #napoleon #histoire http://www.kweeper.com/charles/image/6549481 Sun, 15 Aug 2021 20:36:36 +0100 charles route napoleon roadtrip napoleon laffrey histoire Route Napoléon : Laffrey, la prairie de la rencontre http://www.kweeper.com/charles/image/6549482 Le 7 mars 1815, les troupes du roi Louis XVIII attendent Napoléon Bonaparte dans cette prairie à Laffrey pour l'arrêter depuis qu'il a quitté son exil à l'île d'Elbe. L’affrontement qui s’annonce inévitable et n’a pourtant pas lieu. "Soldats, je suis votre Empereur, ne me reconnaissez-vous pas ? S’il en est un parmi vous qui veuille tuer son général, me voilà !” C’est par ces mots, prononcés en offrant sa poitrine aux fusils, que Napoléon fait basculer l’histoire en sa faveur dans cet alpage à la pointe du lac de #Laffrey, en Isère. #routenapoleon #roadtrip #napoleon #histoire http://www.kweeper.com/charles/image/6549482 Sun, 15 Aug 2021 20:36:36 +0100 charles route napoleon roadtrip napoleon laffrey histoire Route Napoléon : Laffrey, la prairie de la rencontre http://www.kweeper.com/charles/image/6549483 Le 7 mars 1815, les troupes du roi Louis XVIII attendent Napoléon Bonaparte dans cette prairie à Laffrey pour l'arrêter depuis qu'il a quitté son exil à l'île d'Elbe. L’affrontement qui s’annonce inévitable et n’a pourtant pas lieu. "Soldats, je suis votre Empereur, ne me reconnaissez-vous pas ? S’il en est un parmi vous qui veuille tuer son général, me voilà !” C’est par ces mots, prononcés en offrant sa poitrine aux fusils, que Napoléon fait basculer l’histoire en sa faveur dans cet alpage à la pointe du lac de #laffrey, en Isère. Le 7 mars 1815, les troupes du roi Louis XVIII attendent Napoléon Bonaparte dans cette prairie à Laffrey pour l'arrêter depuis qu'il a quitté son exil à l'île d'Elbe. L’affrontement qui s’annonce inévitable et n’a pourtant pas lieu. "Soldats, je suis votre Empereur, ne me reconnaissez-vous pas ? S’il en est un parmi vous qui veuille tuer son général, me voilà !” C’est par ces mots, prononcés en offrant sa poitrine aux fusils, que Napoléon fait basculer l’histoire en sa faveur dans cet alpage à la pointe du lac de #laffrey, en Isère. Un grand silence suit ces mots. Puis les fusils des troupes royalistes de Louis XVIII s’abaissent les uns après les autres. Les soldats du commandant #delessart fraternisent aux cris de “Vive l’Empereur !”. Napoléon vient de remporter sa victoire la plus décisive sur la route de son retour vers le pouvoir. Après cet épisode, il dit au général #cambronne : “C’est fini, dans huit jours nous serons à Paris”. Poursuivant sa route pour Grenoble, Napoléon s'arrête à Vizille, qui se situe à quelques minutes de Laffrey. Ce n'est pas un hasard, car #vizille, ville des guerriers Allobroges est aussi le berceau de la révolution française et de la contestation de l'ordre monarchique. Grenoble ralliée à sa cause, l’Empereur poursuit sa marche triomphale vers Bourgoin, puis Lyon jusqu’à la capitale. Le 20 mars, il s’installe au palais des Tuileries, abandonné la veille par Louis XVIII. 🔖QUI ÉTAIT JEAN DEMOULIN, LE GANTIER GRENOBLOIS INFORMATEUR DE NAPOLÉON qui lui suggéra d'emprunter le grand chemin des Alpes qui relie Grenoble à Golfe-Juan ? https://kpr.me/10cHmu #routenapoleon #roadtrip #napoleon #histoire http://www.kweeper.com/charles/image/6549483 Sun, 15 Aug 2021 20:36:36 +0100 charles route napoleon roadtrip napoleon laffrey histoire Route Napoléon : Laffrey, la prairie de la rencontre http://www.kweeper.com/charles/image/6549484 Le 7 mars 1815, les troupes du roi Louis XVIII attendent Napoléon Bonaparte dans cette prairie à Laffrey pour l'arrêter depuis qu'il a quitté son exil à l'île d'Elbe. L’affrontement qui s’annonce inévitable et n’a pourtant pas lieu. "Soldats, je suis votre Empereur, ne me reconnaissez-vous pas ? S’il en est un parmi vous qui veuille tuer son général, me voilà !” C’est par ces mots, prononcés en offrant sa poitrine aux fusils, que Napoléon fait basculer l’histoire en sa faveur dans cet alpage à la pointe du lac de #Laffrey, en Isère. #routenapoleon #roadtrip #napoleon #histoire http://www.kweeper.com/charles/image/6549484 Sun, 15 Aug 2021 20:36:36 +0100 charles route napoleon roadtrip napoleon laffrey histoire Route Napoléon : Laffrey, la prairie de la rencontre http://www.kweeper.com/charles/image/6549485 Le 7 mars 1815, les troupes du roi Louis XVIII attendent Napoléon Bonaparte dans cette prairie à Laffrey pour l'arrêter depuis qu'il a quitté son exil à l'île d'Elbe. L’affrontement qui s’annonce inévitable et n’a pourtant pas lieu. "Soldats, je suis votre Empereur, ne me reconnaissez-vous pas ? S’il en est un parmi vous qui veuille tuer son général, me voilà !” C’est par ces mots, prononcés en offrant sa poitrine aux fusils, que Napoléon fait basculer l’histoire en sa faveur dans cet alpage à la pointe du lac de #Laffrey, en Isère. #routenapoleon #roadtrip #napoleon #histoire http://www.kweeper.com/charles/image/6549485 Sun, 15 Aug 2021 20:36:36 +0100 charles route napoleon roadtrip napoleon laffrey histoire une mèche de cheveux de Napoléon vendue aux enchères en Normandie http://www.kweeper.com/charles/image/6549478 Ce sont les cheveux d'un homme mort à 52 ans dans une ile perdue au milieu de l'Atlantique. C'est un fidèle, premier valet et exécuteur testamentaire de l'Empereur Louis-Joseph Marchand qui coupa cette mèche. Elle est arrivée dans l'étude du commissaire-priseur de Vernon. Dans un cadre doré, fixée sur une feuille manuscrite avec l'écriture de son valet de camp "Cheveux de l'Empereur Napoléon coupés après sa mort ". On sait que plusieurs mèches ont été conservées avant la prise de l'empreinte mortuaire du visage de Napoléon à Sainte-Hélène. les Enchères Boscher de Cherbourg qui assureront la vente, le dimanche 11 avril 2021, ont fixé la mise à prix à 1500 euros. Le médaillon vaut plus. Personne ne serait surpris de le voir partir au-dessus de 6 000 euros. http://www.kweeper.com/charles/image/6549478 Sun, 15 Aug 2021 11:45:06 +0100 charles napoléon route napoleon <link>http://www.kweeper.com/charles/video/6549356</link> <description>Les 25 et 26 juin 1876, dans la vallée de la rivière de Little Bighorn (Montana), deux cultures aux antipodes l’une de l’autre se sont affrontées dans une lutte à mort. Cette bataille, appelée communément aujourd’hui la Custer’s Last Stand (Ultime résistance de Custer) ou la bataille de la Greasy Grass du point de vue des indiens était le résultat de 400 ans de rivalité entre les Américains venus d’Europe et les Amérindiens. Après une bataille acharnée, le général Custer et 263 soldats du 7e de Cavalerie sont tués par une coalition de Sioux et de Cheyennes. - A l'annonce de cette défaite, l'armée américaine classe l'affaire et l'opinion publique se charge de déformer les faits. Selon elle, Custer aurait attaqué des milliers d'Indiens et payé le prix de son imprudente témérité. - Cependant, les historiens se posent des questions. Qui était vraiment le général Custer ? A-t-il désobéi aux ordres reçus ? De quelles forces disposaient réellement les chefs Sitting Bull et Crazy Horse? A-t-on négligé jusqu'à présent des témoignages essentiels ? L'historien Suisse David Cornut a enquêté pendant près de 5 ans et livré le fruit de ses recherches dans un livre "Little Big Horn : autopsie d'une bataille légendaire" dans lequel il restitue méticuleusement le contexte de la tragédie et brosse le portrait des grandes figures qui y ont participé. Il en parle dans cette émission de France inter</description> <guid>http://www.kweeper.com/charles/video/6549356</guid> <pubDate>Thu, 12 Aug 2021 03:26:17 +0100</pubDate> <author>charles</author> <category>littlebighorn</category> <category>amerindian</category> <category>america</category> <category>colonisation</category> <category>histoire</category> </item> <item> <title>Jean-Baptiste Désiré Gallenne, le Français du 7e de cavalerie de la bataille de Little Big Horn http://www.kweeper.com/charles/image/6549355 Jean-Baptiste Désiré Gallenne né à Lorient en Bretagne le 9 Février 1849 et décédé le 12 Février 1911 dans le district de Columbia aux USA, fit partie de la colonne qui attaqua la première les indiens sur le plateau près de la rivière Little Big Horn. L'Historien, David Cornut raconte cette épopée dans son ouvrage "Little Big Horn, autopsie d'une bataille légendaire" paru aux Éditions Anovi, en 2012. #story Quand Jean-Baptiste Désiré Gallenne prend la piste avec Custer, en 1876, il a 27 ans. Ancien étudiant né à Lorient, il a choisi l'exil en 1870 pour fuir un « passé rebelle » après sa participation à la Commune. Le 30 septembre 1873, il s'engage dans le 7e de cavalerie de Custer. Trois ans plus tard, il devient un cavalier aguerri, habitué aux longues expéditions étouffantes, en territoire ennemi. Il est apprécié. On le surnomme affectueusement le « Frenchy ». Le 22 juin 1876, Gallenne, 1,70 m, yeux bleus et cheveux noirs, crayonne dans son journal intime que « les clairons sonnent et tous les drapeaux sont déployés ». Pour motiver ses hommes, le lieutenant-colonel Custer a même amené une fanfare qui accompagne leur départ. Gallenne ne profite guère du spectacle : atteint de pleurésie, il souffre le martyre. Déprimé, il écrit : « Je suis si malade depuis trois jours, je me sens si malheureux, si triste, que je voudrais que Dieu m'ait fait quitter cette vie. » Puis vint la bataille du 25 Juin. L’ Historien, David Cornut raconte cette épopée. Cette brûlante journée du 25 juin 1876 s'annonçait comme une campagne militaire normale pour l'armée américaine. Dans les plaines herbeuses du Montana, le 7e de cavalerie du célèbre général Custer était sur la piste des Sioux du fameux chef Sitting Bull. Dix heures plus tard, Custer et 260 soldats étaient morts dans une bataille acharnée. Le Lorientais Jean-Baptiste Gallenne fait partie de la colonne qui la première, attaqua sur le plateau, près de la rivière Little Big Horn : « Nous chargeons au galop. » Le village indien est surpris, mais les Sioux et Cheyennes contre-attaquent. Pour les 200 soldats, c'est le repli dans des bois Les braves de Sitting Bull sont maintenant 400. « Ils nous encerclent ! » Soudain, le commandant de la colonne de Galenne, un officier médiocre et alcoolique, déserte son unité ! Abandonnés, les troupiers se replient en désordre dans les collines. Une seule compagnie se replie au pas : celle de Gallenne. Arrivé près de la rivière Little Big Horn, le Breton subit la charge des Indiens : « Ils viennent sur nous, nous atteignent, nous encerclent ! Ils sont à 10 pas de nous, parmi nous ! » La retraite tourne à la lutte pour la survie. « Les Indiens tirent sur nous de partout. » Sur la colline, alors qu'au loin, la colonne de Custer combat à son tour les Indiens, Gallenne est assigné à la recherche d'eau pour les blessés. Les deux jours suivants, alors que Custer et 200 hommes ont été tués et que les autres colonnes sont à nouveau assiégées, Gallenne risque sa vie en territoire hostile : « Nous sommes obligés de nous battre pour chaque goutte d'eau.» Avant l'une de ses missions, il glisse dans son journal : « J'ai à peine la force de bouger. Que Dieu m'aide à revenir. » Le 7e de cavalerie est finalement relevé le 27 juin 1876 par d'autres troupes de l'armée. Gallenne peut alors voir de lui-même « ce qui est advenu de Custer » : « Nous sommes passé à travers le champ du « massacre » - son étendue et sa vision sont simplement horribles. » Gallenne retrouve les corps d'amis « avec la tête tranchée et scalpée ». Le Breton, dont la violente pleurésie se réveille, reçoit une permission le 30 juin. Mais Gallenne n'en a pas encore fini. Un an plus tard, le voilà aux prises avec les guerriers d'un autre chef mythique, Joseph, chef des Nez-Percés. Gallenne, rattaché au chirurgien pour la bataille de Bear Paw Mountain, se rapproche des lignes indiennes pour porter assistance aux blessés. Touché par des balles à la hanche et la jambe, il traverse le champ de bataille entier sur ses coudes, sous le feu des guerriers, pour rejoindre ses lignes. Son pied est amputé. Il termine sa carrière militaire avec les honneurs le 27 avril 1878 et s'établit à Washington D.C., où il y fonde une famille. Il s'éteint le 12 février 1911. Aujourd'hui, des Américains anonymes déposent des petits drapeaux sur la tombe du Frenchy, au cimetière de Mount Olivet, à Washington D.C. #littlebighorn http://www.kweeper.com/charles/image/6549355 Thu, 12 Aug 2021 03:04:04 +0100 charles littlebighorn amerindian america lorient histoire LA BATAILLE DE LITTLE BIGHORN, PAR OUSMANE SOW http://www.kweeper.com/charles/image/6549345 35 sculptures installées dans le village fortifié de Mont-Dauphin (Hautes-Alpes). En 1999, Cet ensemble avait attiré 3 millions de visiteurs en qq mois lors de son installation sur le pont des Arts à Paris. #ousmanesow #littlebighorn #exhibition #sculpture #art #senegal #frenchalps #battle #history #amerindian #colonization #america http://www.kweeper.com/charles/image/6549345 Thu, 12 Aug 2021 02:48:25 +0100 charles senegal sculpture ousmanesow littlebighorn history frenchalps exhibition colonization battle art amerindian america LA BATAILLE DE LITTLE BIGHORN, PAR OUSMANE SOW http://www.kweeper.com/charles/image/6549346 35 sculptures installées dans le village fortifié de Mont-Dauphin (Hautes-Alpes). En 1999, Cet ensemble avait attiré 3 millions de visiteurs en qq mois lors de son installation sur le pont des Arts à Paris. #ousmanesow #littlebighorn #exhibition #sculpture #art #senegal #frenchalps #battle #history #amerindian #colonization #america http://www.kweeper.com/charles/image/6549346 Thu, 12 Aug 2021 02:48:25 +0100 charles senegal sculpture ousmanesow littlebighorn history frenchalps exhibition colonization battle art amerindian america LA BATAILLE DE LITTLE BIGHORN, PAR OUSMANE SOW http://www.kweeper.com/charles/image/6549347 35 sculptures installées dans le village fortifié de Mont-Dauphin (Hautes-Alpes). En 1999, Cet ensemble avait attiré 3 millions de visiteurs en qq mois lors de son installation sur le pont des Arts à Paris. #ousmanesow #littlebighorn #exhibition #sculpture #art #senegal #frenchalps #battle #history #amerindian #colonization #america http://www.kweeper.com/charles/image/6549347 Thu, 12 Aug 2021 02:48:25 +0100 charles senegal sculpture ousmanesow littlebighorn history frenchalps exhibition colonization battle art amerindian america